Рейтинг@Mail.ru
Les Forums du Monde des Religions :: forum religion Les Forums du Monde des Religions :: forum religion http://arlitto.forumprod.com/
Règles du forum
Le Saint Nom du Vrai et Unique Dieu dans sa parole, la Bible.

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Marmhonie » 04 Juin 2018, 08:09

Arlitto a écrit:
Attention à Nehemia Gordon
Il appartient à une secte américaine baptiste et est devenu un gourou, en falsifiant bon nombre de documents anciens !
Nehemia Gordon se trompe et vous trompe

Nehemia Gordon est un juif Karaïte et pas un chrétien Baptiste.

Il faudra lire mon lien et cesser de citer Wikipedia France qui est sur Nehemia une falsification de ses adeptes.

Il faudra encore bien lire ce qu'il est. Personne ne discute qu'il soit juif karaïte, il est ainsi. Ce qui le fait connaitre et lui donne son succès actuel, c'est bien grâce à cette secte chrétienne baptiste pro Israël, et dans laquelle il obtient sa très soudaibe mêdiatisation. Elle repose sur des erreurs volontaires de sa part. On est bien devant un manipulateur, tout comme les escrocs américains Henry Lincoln, Michael Baigent, Richard Leigh et Dan Brown. Eux aussi portés par ces sectes évangéliques radicalisées protestantes américaines.

Tu en veux, tu en prends, tu portes ces valeurs révisionnistes, et tu es discrédité définitivement. C'est ton choix, c'est ta vie, ta liberté.

Il est prudent de signaler les escroqueries de ses thèses impossibles sans s'y mettre dedans.

Aucune voyelle du tétragrammaton n'est connue, il n'existe en écritures anciennes que des consonnes, c'est le même problème avec les plus anciens corans.

Phonétique
Le Y n'existe pas en hébreu !
La lettre Yod י י a pour phonème J.
Encore donc une faute.

Rien que ce titre stupide de"1000 manuscrits découverts avec Yehevah" fait sourire. Pas 999, pas 1001, non, juste 1000. Plus c'est gros, plus ça passe.
Avatar de l’utilisateur
Marmhonie
Modérateurs Spéciaux
Modérateurs Spéciaux
 
Messages: 1134
Points: 7832
Inscription: Fév 2016
Localisation: Dublin
Sexe: Masculin
Emploi: Retraîté.
Centres d’intérêt: Théologie, Exégèse catholique, langues mortes bibliques (araméen, syriaque, grec attique & de la koiné, hébreu biblique, arabe coranique, latin de l'Antiquité & Moyen-Àge). Histoire de l'Église. Responsable d'études étymologiques catholiques auprès d'un évêque.
Religion: Catholique

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Arlitto » 04 Juin 2018, 08:57

Phonétique
Le Y n'existe pas en hébreu !
La lettre Yod י י a pour phonème J. 
Encore donc une faute.


C'est le contraire, c'est le J qui n'existe pas en Hébreu et pas le Y.


De plus, quel que soit cet homme, cela ne m'intéresse pas, je ne serai jamais ni karaïte ni baptiste, ce qui compte pour moi, c'est le témoignage du Saint Nom de Dieu, les manuscrits auxquels il fait référence font partie du Codex d'Alep qui date du 10e siècle.


JUDAÏSME Le Codex d’Alep, la plus ancienne version connue de la Bible hébraïque
.Image

https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/A ... 1200739028

.
 Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi.
 
Romains 13:8 
Avatar de l’utilisateur
Arlitto
Administrateur du Forum
Administrateur du Forum
 
Messages: 13677
Points: 70556
Inscription: Avr 2015
Localisation: "Vers l'infini et au delà"
Sexe: Masculin
Religion: Non

Re: יְהֹוָה Yehovah

MessagePosté par Arlitto » 04 Juin 2018, 09:08

Aucune voyelle du tétragrammaton n'est connue, il n'existe en écritures anciennes que des consonnes, 



Il s'agit d'une déduction du nom divin.


יְהֹוָה 

יְ 
Le yod est un Consonant et est prononcé comme notre "y". Le sheva n'est pas techniquement une voyelle mais peut agir comme une voyelle vocale ou être silencieux. Les règles concernant un sheva sont complexes, mais pour notre but, nous avons seulement besoin de savoir que quand il commence un mot, il est vocal. Le son est un "hein" court. Ensemble, ses "ye".


הֹ
Le heh est une consonne prononcée comme notre "h". Le cholem est une voyelle prononcée comme un long "o". Ensemble son "ho".
Ensuite, nous avons la consonne vav avec un qamets.


וָ
La consonne vav est prononcée comme un "v". Le qamets est une voyelle prononcée comme un "a" court. Ensemble son "va".
La dernière lettre est un autre heh, qui dans ce cas est silencieux. Au total, nous avons:


Ye-Ho-Va, le H final étant silencieux

יְהֹוָה     Yehovah
Maintenant que nous comprenons la composition du nom, regardons des preuves plus convaincantes pour cette prononciation.


Codex de Leningrad

Le Codex de Leningrad est le plus ancien manuscrit complet de la Bible hébraïque. Codex est latin pour un manuscrit ancien sous forme de livre. Il a été écrit au Caire vers l'année 1010. Il se trouve à la Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg, en Russie. Le Codex de Leningrad et Alep fait partie de la fameuse famille de scribes Ben Asher qui vivait à Tibériade. Les deux manuscrits sont considérés comme les principaux codex de la tradition massorétique. Parce que le Codex de Leningrad est la plus ancienne édition intégrale et intacte de la Bible hébraïque, il est fréquemment utilisé comme base pour des éditions modernes telles que la Biblia Hebraica Stuttgartensia (BHS). C'est le Codex de Leningrad (BHS) qui sous-tend la plupart des éditions de la Bible anglaise moderne, y compris la Nouvelle Bible Standard Américaine (NASB), la Version Standard Anglaise (ESV), la Nouvelle Version King James (NKJV) et la Nouvelle Version Internationale NIV). Cependant, tous ceux-ci se réfèrent à d'autres manuscrits aussi bien pour leurs traductions.

Il y a 52 occurrences de יְהֺוָה (avec les voyelles) dans le Codex de Leningrad. Rappelez-vous qu'il y a 6.828 occurrences de יהוה dans le Codex de Leningrad, mais 52 d'entre elles incluent la voyelle cholémiste  manquante. 

Pourquoi est-ce? On peut deviner, peut-être sur les 6 828 occurrences 52 glissées par les Masoretes sans enlever une des voyelles. La première occurrence de YHVH avec toutes les voyelles est Genèse 3:14.

Genesis 3:14 And the LORD God said to the serpent, “Because you have done this, Cursed are you more than all cattle, And more than every beast of the field; On your belly shall you go, And dust shall you eat All the days of your life; (NAS)

Voici une image du Codex de Leningrad du même verset. J'ai entouré les voyelles dans le Tétragramme. souvenez-vous que l'hébreu lit de droite à gauche.

Image
YHVH Leningrad Codex Genesis 3:14

La première lettre est le yod, י. Directement sous le yod est un sheva, deux points verticaux, que j'ai entourés en rouge. La sheva, dans ce cas, produit et "eh" son, comme dans "yeh". La lettre suivante est un "heh", ה. En haut à gauche du "heh" est un petit point appelé "cholem", encore une fois, j'ai identifié cette voyelle avec un cercle rouge. Le "cholem" produit un son "oh".

Nous avons jusqu'ici "Yeho". La lettre suivante est un vav, ו. C'est une consonne, un son "v". Directement sous le "vav" est une autre voyelle, un "kamatz". Le "kamatz" ressemble à une petite lettre majuscule "T". Cela produit un son "ah". La dernière lettre est une autre consonne, "heh", comme nous l'avions précédemment et elle est silencieuse. La prononciation complète est "Yehovah".

Toutes les références Leningrad avec  cholem:
Gen. 3:14, 9:26, 18:17, Exod. 3:2, 13:3, 9, 12, 15, 14:1, 8, Lev. 23:34, 25:17, Deut. 31:27, 32:9, 33:12, 13, 1 Ki. 3:5, 16:33, Ps. 15:1, 40:5, 47:6, 100:5, 116:5, 6, Prov. 1:29, Jer. 2:37, 3:1, 13, 21, 22, 23, 25, 4:3, 4, 8, 5:2, 3, 9, 15, 18, 19, 22, 29, 6:9, 8:13, 30:10, 36:8, Ezek. 33:23, 44:5, 46:13, Hos. 10:3, Nah. 1:3.
 Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi.
 
Romains 13:8 
Avatar de l’utilisateur
Arlitto
Administrateur du Forum
Administrateur du Forum
 
Messages: 13677
Points: 70556
Inscription: Avr 2015
Localisation: "Vers l'infini et au delà"
Sexe: Masculin
Religion: Non

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Marmhonie » 04 Juin 2018, 09:30

Pas la peine de tartiner en longueur, c'est faux.

Primo, le Yod se prononce J, c'est son phonème officiel.
Secundo, aucun manuscrit ancien ne contient de voyelles. Les "1000 manuscrits", c'est un piège à gogos.

Au passage, pitoyable article scandaleux de Wikipédia France sur ce type devenu un escroc.
Avatar de l’utilisateur
Marmhonie
Modérateurs Spéciaux
Modérateurs Spéciaux
 
Messages: 1134
Points: 7832
Inscription: Fév 2016
Localisation: Dublin
Sexe: Masculin
Emploi: Retraîté.
Centres d’intérêt: Théologie, Exégèse catholique, langues mortes bibliques (araméen, syriaque, grec attique & de la koiné, hébreu biblique, arabe coranique, latin de l'Antiquité & Moyen-Àge). Histoire de l'Église. Responsable d'études étymologiques catholiques auprès d'un évêque.
Religion: Catholique

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Arlitto » 04 Juin 2018, 09:39

:roll:  Je ne peux pas te laisser dire ça, Le J en Hébreu n'existe pas, ce n'est pas tartiner, mais la réalité, le Yod en Hébreu peut se prononcer Ye, de plus, l'explication du nom plus haut, n'est pas de "Nehemia Gordon". 
 Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi.
 
Romains 13:8 
Avatar de l’utilisateur
Arlitto
Administrateur du Forum
Administrateur du Forum
 
Messages: 13677
Points: 70556
Inscription: Avr 2015
Localisation: "Vers l'infini et au delà"
Sexe: Masculin
Religion: Non

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Arlitto » 04 Juin 2018, 09:50

Les Massorètes

En hébreu, "tradition" se dit masorah ou masorèth. Vers le VIème siècle de notre ère, les dépositaires de la tradition consistant à copier fidèlement les Écritures hébraïques ont fini par être connus sous le nom de massorètes (en hébreu, Baalei Hamasorah, "Seigneurs de la tradition"). On appelle textes massorétiques les copies qu’ils ont réalisées.
   
Ils étaient extrêmement appliqués. Ils élaborèrent divers systèmes de vérification. Dans leur souci de ne rien oublier du texte biblique, ils comptèrent non seulement les mots, mais aussi les lettres. Pour avoir une idée du travail que cela représentait, sachez qu’ils recensèrent 815 140 caractères dans les Écritures hébraïques.

Le mot hébreu rendu par " copiste ", sophér, évoque l’idée de compter ou de recenser. Les Massorètes repérèrent la lettre médiane du Pentateuque [les cinq premiers livres de la Bible], la section centrale de chaque livre, et ils signalèrent le nombre d’occurrences de chaque lettre de l’alphabet dans l’ensemble des Écritures hébraïques. Il se peut d’ailleurs que cette méthode efficace ait été employée longtemps avant eux par d’autres copistes qui désiraient également se garder de toute faute. Jésus faisait peut-être allusion à cette pratique quand il a dit dans son Sermon sur la montagne: "Le ciel et la terre passeraient plutôt que ne vienne à passer de la Loi une seule toute petite lettre ou une seule parcelle de lettre sans que toutes les choses aient eu lieu" (Matthieu 5:18).

Quelques exemples : Lévitique 11:42. Dans ce verset, on a agrandi la lettre hébraïque wâw pour montrer qu’elle marque le milieu du Pentateuque. Une portion du codex d’Alep (Psaume 80:14). La lettre hébraïque `ayin est suspendue, ce qui indique qu’elle tient le milieu du psautier.Pour être en mesure de signaler la lettre médiane des Psaumes et des cinq livres écrits par Moïse, les massorètes avaient dû compter tous les caractères du texte.

Le système de prononciation de l’hébreu

L’hébreu avait cessé d’être une langue nationale et vivante. Beaucoup de Juifs ne le parlaient plus. Des groupes de massorètes à Babylone et en Israël ajoutèrent des signes diacritiques aux consonnes pour indiquer l’accentuation correcte et la bonne vocalisation. Ils ont également mis en place un système complexe de signes servant à la fois de ponctuation et de guide phonétique. Au moins trois systèmes furent élaborés, mais la primauté revint à celui des massorètes de Tibériade, près de la mer de Galilée, patrie des Ben Asher.

La famille Ben Asher
On a pu établir que cette seule famille a produit cinq générations de massorètes, à compter d’Asher l’Ancien au VIIIème siècle de notre ère. Les autres sont Néhémie Ben Asher, Asher Ben Néhémie, Moïse Ben Asher et enfin, au Xème siècle, Aaron ben Moïse Ben Asher. Ces hommes étaient à la tête d’une entreprise visant à arrêter un système d’indices graphiques qui rendrait au plus près ce qu’ils pensaient être la bonne prononciation du texte biblique hébreu. Pour mettre au point ces indices, il leur fallait définir les bases du système grammatical de l’hébreu, travail qui, jusqu’alors, n’avait jamais été entrepris. Aussi pourrait-on ranger les massorètes parmi les premiers grammairiens de l’hébreu.

Aaron, dernier héritier de la dynastie massorétique Ben Asher, innova en regroupant le résultat des travaux et en les publiant dans le "Dikdouké hateamim", le premier livre fixant les règles grammaticales de l’hébreu. Cet ouvrage devint la référence des grammairiens hébreux pendant des siècles. Mais cette œuvre n’est que le corollaire d’un travail plus important réalisé par les massorètes. De quoi voulons-nous parler?

La transmission fidèle de chaque mot
La préoccupation première des massorètes était la transmission fidèle de chaque mot, et même de chaque lettre, du texte de la Bible. Par souci d’exactitude, ils marginèrent chaque page pour signaler les éventuels changements effectués, volontairement ou non, par les copistes prémassorétiques. Dans ces notes marginales, ils indiquèrent également les variantes orthographiques et les tournures peu usitées, précisant le nombre de leurs occurrences à l’intérieur d’un même livre ou dans l’intégralité des Écritures hébraïques. Vu le peu de place disponible, ils recoururent à un code extrêmement abrégé pour porter ces commentaires. Ils signalèrent en outre le mot ou la lettre médiane de certains livres, fournissant ainsi un instrument supplémentaire de vérification. Ils allèrent jusqu’à dénombrer toutes les lettres de la Bible pour s’assurer de la fidélité de leurs copies.

Dans les marges supérieures et inférieures, les massorètes portèrent des commentaires plus étendus concernant les notes abrégées des marges latérales, commentaires très précieux pour effectuer des vérifications. Puisqu’il n’existait ni numérotation de versets ni concordance biblique, comment ces notes comparatives renvoyaient-elles à d’autres parties de la Bible? Les massorètes inscrivaient dans les marges supérieures et inférieures un extrait des versets parallèles pour se souvenir des autres occurrences du ou des mots indiqués. Le manque de place les amenait souvent à ne porter qu’un seul mot-clé du verset parallèle. Pour que ces notes marginales présentent un intérêt, ces copistes devaient pratiquement connaître par cœur l’intégralité des Écritures hébraïques.

Les listes trop longues pour figurer en marges étaient reportées à un autre endroit du manuscrit. Par exemple, la note massorétique en regard de 

Genèse 18:3 indique les trois lettres , qui correspondent en hébreu au chiffre 134. Ailleurs dans le manuscrit sont recensés les 134 emplacements du texte hébreu où les copistes prémassorétiques ont délibérément remplacé le nom divin YeHoWaH (Jéhovah sous la forme francisée) par "Seigneur". 

Les massorètes connaissaient pertinemment ces changements, mais ils ne se sentaient pas autorisés à modifier le texte dont ils étaient les dépositaires, aussi préférèrent-ils signaler les altérations par des notes marginales. Pourquoi mettaient-ils un tel point d’honneur à préserver un texte pourtant déformé par leurs prédécesseurs? Le judaïsme qu’ils professaient était-il différent de celui de leurs devanciers?

Leur position religieuse
L’essor massorétique s’effectua alors que le judaïsme était empêtré dans une lutte idéologique. Depuis le Ier siècle de l’ère chrétienne, le rabbinisme avait étendu son emprise. La rédaction du Talmud et les interprétations rabbiniques de la loi orale avaient commencé à reléguer le texte biblique au second plan. Dès lors, la conservation minutieuse du texte de la Bible risquait de perdre de son importance.

Au VIIIème siècle, un groupe connu sous le nom de Karaïtes s’insurgea contre cette tendance. Apôtres de l’étude individuelle des Écritures, ces hommes rejetaient l’autorité et les interprétations rabbiniques, ainsi que le Talmud. Pour eux, seul le texte biblique faisait autorité. Cette position accrut le besoin d’une transmission fidèle du texte, et l’étude massorétique y trouva un nouveau souffle.

Dans quelle mesure les croyances du rabbinisme et du karaïsme influencèrent-elles le travail des massorètes? Moshe Goshen-Gottstein, spécialiste en manuscrits bibliques hébreux, déclare: "Les massorètes étaient convaincus (...) de perpétuer une longue tradition, et renoncer à cette mission eût représenté pour eux l’offense suprême."

Les massorètes considéraient comme sacrée la reproduction fidèle du texte de la Bible. Quelque élevée que pût être leur motivation religieuse individuelle, il semble qu’à leurs yeux l’œuvre massorétique à elle seule transcendait toute considération idéologique. La nécessaire concision des notes marginales laissait bien peu de place au débat théologique. Le texte biblique était la préoccupation de toute leur vie; toute falsification de celui-ci leur était insupportable.

[Notes]

En hébreu, "ben" veut dire "fils". Ben Asher signifie donc "fils d’Asher".

On appelle petite massore les notes latérales, et grande massore celles portées en haut et en bas de chaque folio. Les autres listes du manuscrit constituent la massore finale.


http://hlybk.pagesperso-orange.fr/bible/massorete.htm




" Yah ", forme abrégée du Nom Divin, se rencontre 50 fois dans le texte massorétique. Voici la liste des passages : Ex 15:2 ; 17:16 ; Ps 68:4, 18 ; 77:11 ; 89:8 ; 94:7, 12 ; 102:18 ; 104:35 ; 105:45 ; 106:1, 48 ; 111:1 ; 112:1 ; 113:1, 9 ; 115:17, 18, 18 ; 116:19 ; 117:2 ; 118:5, 5, 14, 17, 18, 19 ; 122:4 ; 130:3 ; 135:1, 3, 4, 21 ; 146:1, 10 ; 147:1, 20 ; 148:1, 14 ; 149:1, 9 ; 150:1, 6, 6 ; Ct 8:6 ; Is 12:2 ; 26:4 ; 38:11, 11.
 Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi.
 
Romains 13:8 
Avatar de l’utilisateur
Arlitto
Administrateur du Forum
Administrateur du Forum
 
Messages: 13677
Points: 70556
Inscription: Avr 2015
Localisation: "Vers l'infini et au delà"
Sexe: Masculin
Religion: Non

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Arlitto » 04 Juin 2018, 11:07

Massorètes


Les Massorètes (hébreu ba'alei hamasorah, signifiant "Maître de la Tradition") sont un groupe de scribes et d'érudits de la Bible qui travaillèrent du 7ième au 11ième siècle, d'abord à Tibériade et à Jérusalem, mais aussi à Babylone. Chaque groupe compila un système de prononciation et un guide grammatical sous la forme de notes diacritiques (qui servent à différencier) apposées en dehors du texte Biblique, en vue de définir la prononciation, les paragraphes et la division des versets, ainsi que la cantillation de la Bible hébraïque (Tanakh), pour la communauté Juive mondiale.


Les Massorètes conçurent un système de notation des voyelles pour l'hébreu qui est encore largement utilisé aujourd'hui, ainsi que les symboles tropes (figures de rhétorique) utilisés pour la cantillation.

Image


Le Texte Massorétique est le texte hébreu de la Bible hébraïque. Il définit non seulement les Livres du canon Juif, mais aussi les lettre-textes précis des livres bibliques du Judaïsme, et leur vocalisation et accent pour les lectures privées et publiques. Le Texte Massorétique est aussi largement utilisé comme base pour la traduction de l'Ancien Testament dans les Bibles protestantes, et récemment aussi pour les Bibles catholiques.


Bien que les consonnes diffèrent peu du texte généralement accepté au début du second siècle, il y a de nombreuses différences, de peu et de beaucoup d'importance, lorsqu'elles sont comparées à la Septante. La Septante est une traduction grecque (aux environ de 300 avant Jésus-Christ) des Ecritures hébraïques ; elle fut très utilisée en Palestine à partir du début de l'ère chrétienne, et elle est souvent citée en référence dans le Nouveau Testament.


Le mot hébreu mesorah fait référence à la transmission de la Tradition. Dans un sens plus large, il peut aussi faire référence à la suite entière de la Tradition Juive (voir Loi Orale). Mais, en référence au Texte Massorétique, le mot mesorah a une signification très particulière : ce sont les marques diacritiques des textes de la Bible hébraïque et les notes concises marginales sur les manuscrits (et plus tard sur les imprimés) de la Bible hébraïque (qui sont des notes sur des détails de texte, généralement au sujet de l'orthographe des mots).


http://www.seraia.com/seraiafr/lexique/Mesorah.htm
 Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi.
 
Romains 13:8 
Avatar de l’utilisateur
Arlitto
Administrateur du Forum
Administrateur du Forum
 
Messages: 13677
Points: 70556
Inscription: Avr 2015
Localisation: "Vers l'infini et au delà"
Sexe: Masculin
Religion: Non

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Marmhonie » 04 Juin 2018, 17:15

Arlitto a écrit::roll:  Je ne peux pas te laisser dire ça, Le J en Hébreu n'existe pas. 
C'est la meilleure, je parle hébreu et je sais bien que le J n'existe pas dans cette langue, quand même.
Je dis et je répète la dernière fois que Yod est la dixième lettre de l'alphabet hébreu et se prononce j.
C'est comme ça.

1715 : Jod
1842 : Yod

La sonorité, la phonétisation originale est d'origine phénicienne, c'est un j, autrement dit un i mouillé. De là, les latins romains en ont fait deux lettres, une voyelle et une consonne, i et j, parce que c'est une demi-voyelle d'origine.

1906 : cela devient une semi-consonne.
Prononciation
Avatar de l’utilisateur
Marmhonie
Modérateurs Spéciaux
Modérateurs Spéciaux
 
Messages: 1134
Points: 7832
Inscription: Fév 2016
Localisation: Dublin
Sexe: Masculin
Emploi: Retraîté.
Centres d’intérêt: Théologie, Exégèse catholique, langues mortes bibliques (araméen, syriaque, grec attique & de la koiné, hébreu biblique, arabe coranique, latin de l'Antiquité & Moyen-Àge). Histoire de l'Église. Responsable d'études étymologiques catholiques auprès d'un évêque.
Religion: Catholique

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Arlitto » 04 Juin 2018, 18:23

.

Mais non, Yeshoua le nom de Jésus en Hébreu commence aussi par la lettre Yod, on ne dit pas Je-shoua, mais Ye-shoua, l'évolution de la langue a été jusqu'à YÉ-shoua au lieu de YE-shoua. Maintenant, si tu l'écris Ieshoua avec un i, la prononciation orale sera la même que Yéshoua, mais le Yod se prononce Y et pas J.


Image


Image  "Yod se prononce Y comme dans Yoga". 


 Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi.
 
Romains 13:8 
Avatar de l’utilisateur
Arlitto
Administrateur du Forum
Administrateur du Forum
 
Messages: 13677
Points: 70556
Inscription: Avr 2015
Localisation: "Vers l'infini et au delà"
Sexe: Masculin
Religion: Non

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Marmhonie » 04 Juin 2018, 22:16

Je ne vais pas poursuivre un pugilat puisque ce qui m'intéresse, c'est l'Enseignement et l'Histoire des religions.

Tant mieux si certains disent Yeshoua, on dit Jésus en latin mêdiéval, et avant en latin antique Iesvs, jamais Yesus puisque cette lettre n'existait pas encore ! Passons.
Nehemia Gordon est amércain non latino, donc il note avec un Y et non un J ancien.

Je rappelle que le son Yod est de 1842, le son antérieur Jod datait de 1715, et avant, ce n'était pas un son mais une tonalité, comme on en trouve dans toutes les langues d'Orient. Voilà.

Les protestants ont apporté le i grec, y, pour attaquer le latin et être au grec, et comme les anglais-américains ne sont pas des langues latines, et qu'ils sont protestants, ils disent Yéhovah au lieu de Jéhovah, remplaçant le J par le Y (i grec). Au temps de Jésus (Yeshoua pour vous), cette lettre n'avait pas de son, elle venait en complément, et ce n'est même pas de l'alphabet hébreu d'origine, mais ajouté venant de l'alphabet phénicien !

Le problème comme je vous l'ai dit, c'est que le Yod actuel était une semi consonne, et avant en son J, issu de l'ahabet phéncien représentant une main.

Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée et une bonne continuation dans ce sujet.
Avatar de l’utilisateur
Marmhonie
Modérateurs Spéciaux
Modérateurs Spéciaux
 
Messages: 1134
Points: 7832
Inscription: Fév 2016
Localisation: Dublin
Sexe: Masculin
Emploi: Retraîté.
Centres d’intérêt: Théologie, Exégèse catholique, langues mortes bibliques (araméen, syriaque, grec attique & de la koiné, hébreu biblique, arabe coranique, latin de l'Antiquité & Moyen-Àge). Histoire de l'Église. Responsable d'études étymologiques catholiques auprès d'un évêque.
Religion: Catholique

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Arlitto » 05 Juin 2018, 19:55

Les protestants ont apporté le i grec, y, pour attaquer le latin et être au grec, et comme les anglais-américains ne sont pas des langues latines, et qu'ils sont protestants, ils disent Yéhovah au lieu de Jéhovah, remplaçant le J par le Y (i grec).


Le J existe en Anglais et se prononce phonétiquement ( djéye ). EX: Djésus, ainsi que le Y qui se prononce phonétiquement ( Waye). Donc, la prononciation, "Yehovah", n'est pas une vocalisation anglaise, mais hébraïque, c'est la vocalisation, "Jéhovah" qui est l'anglicisme de "Yehovah". 


https://www.anglaisfacile.com/exercices ... -17819.php

.
 Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi.
 
Romains 13:8 
Avatar de l’utilisateur
Arlitto
Administrateur du Forum
Administrateur du Forum
 
Messages: 13677
Points: 70556
Inscription: Avr 2015
Localisation: "Vers l'infini et au delà"
Sexe: Masculin
Religion: Non

Re: Nehemia Gordon - 1000 Manuscrits avec Yehovah

MessagePosté par Marmhonie » 06 Juin 2018, 00:02

Visiblement tu n'as pas compris.
Ce n'est pas grave, puisqu'on n'est pas dans l'Enseignement mais dans un dialogue.
Avatar de l’utilisateur
Marmhonie
Modérateurs Spéciaux
Modérateurs Spéciaux
 
Messages: 1134
Points: 7832
Inscription: Fév 2016
Localisation: Dublin
Sexe: Masculin
Emploi: Retraîté.
Centres d’intérêt: Théologie, Exégèse catholique, langues mortes bibliques (araméen, syriaque, grec attique & de la koiné, hébreu biblique, arabe coranique, latin de l'Antiquité & Moyen-Àge). Histoire de l'Église. Responsable d'études étymologiques catholiques auprès d'un évêque.
Religion: Catholique

Précédente

Retourner vers Dieu - YHWH ( יְהֹוָה )

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron